Qu’est-ce que la neurodiversité?

La neurodiversité est définie comme la diversité infinie de fonctionnements neurocognitifs selon chaque individu-e unique. En d’autres termes, puisque que tous-tes les individu-e-s sont unique-s, chacun-e-s est neurdiversifié-e-s, indépendamment s’ielles sont catégorisé-e-s comme ayant un diagnostic en lien avec des différences neurologiques (dont le trouble du spectre de l’autisme, TSA). La première définition du terme a été proposée en 1990 par Judy Singer, sociologue, militante et mère d’une enfant autiste (Chamak, 2010). Depuis, le mouvement proneurodiversité a émergé grâce aux réseaux sociaux en opposition au modèle biomédical, notamment à travers les groupes de soutien entre personnes autistes en ligne facilitant le contact entre elles et permettant de généralement mieux gérer les difficultés sociales (Ortega et al., 2009). Avant de comprendre plus en profondeur le mouvement proneurodiversité, il nous faut comprendre le modèle biomédical qui encourage la marginalisation des personnes autistes.

Dans le modèle biomédical, il est question de normaliser, de réduire et d’éliminer le plus possible les comportements associés à l’autisme, dont les troubles de communications et les comportements stéréotypés, pour que les individu-e-s autistes soient « normal-e-s ». Ainsi, l’objectif est de « guérir » l’autisme, ce pourquoi il est catégorisé comme une pathologie. Les parents, les professionnels de la santé et les membres de la famille qui adoptent cette perspective peuvent désirer entreprendre des traitements pharmaceutiques et thérapeutiques. Cette perspective est ainsi normocentrique parce qu’elle juge les personnes autistes comme malades, déficientes, handicapées ou inadaptées à la norme, encourageant ainsi la marginalisation de celles-ci, cela peut avoir des répercussions considérables sur l’estime de la personne autiste (Chamak, 2010; Mottron, 2004).

Pour contrer la marginalisation, les individu-e-s autistes impliqué-e-s dans le mouvement proneurodiversité ont pour objectif de construire une culture où elles se sentent fières et supportées de faire partie de ce groupe (Chamak, 2010; Ortega, 2009). La neurodiversité se veut donc une critique et redéfinition de la conception de l’autisme pour la célébrer comme un élément indissociable de le personne ainsi qu’une «différence, un autre mode de fonctionnement cognitif » (Brownlow et O’Dell, p. 110; Ortega et al., 2009). Conséquemment, à travers la neurodiversité, l’identité autistique est considérée comme une fierté (et non une pathologie), ce pourquoi les individu-e-s autistes impliqué-e-s dans le mouvement proneurodiversité s’opposent aux traitements des symptômes associés à l’autisme (Brownlow et O’Dell, 2013; Ortega, 2009 ). D’ailleurs, en assumant les aspects autistiques associés à l’identité, les personnes proneurodiversité ont tendance à s’identifier comme une « personne autiste » plutôt qu’une « personne avec l’autisme », mettant l’accent sur l’identité autistique comme partie intégrante de leur personne plutôt que comme un aspect distinct (Ortega, 2009).

Références

  • Brownlow, C., et O’Dell, L. (2013). Autism as a form of biological citizenship. Communication, technologies, pouvoir, 68(1), 61-70.
  • Chamak, B. (2010). Autisme, handicap et mouvements sociaux , ALTER-European Journal of Disability Research/Revue Européenne de Recherche sur le Handicap,4(2), 103-115.
  • Mottron, L. (2004). L’autisme : une autre intelligence. Diagnostic, cognition et support des personnes autistes sans déficience intellectuelle. Éditions Mardaga
  • Ortega, F. (2009). The cerebral subject and the challenge of Neurodiversity. BioSocieties, 4(4), 425-445. http://www.doi.org/10.1017/S1745855209990287

Pour aller plus loin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search