Comment décrit-on l’autisme dans les médias?

La couverture médiatique a historiquement été teintée de l’incompréhension entourant l’autisme, comme cela a été le cas en 1998 après la parution d’un article scientifique, rétracté en 2010, associant la vaccination de la rougeole au développement de l’autisme (Clarke, 2011). Au cours des dernières années, plusieurs personnes autistes sont devenues médiatisées, illustrant une certaine évolution des mentalités. L’écrivain et journaliste américain Steve Silberman mentionne cette amélioration dans un ouvrage nommé NeuroTribes: The legacy of autism and the future of neurodiversity. Plusieurs exemples de personnes autistes dans les médias sont cités, dont la jeune Greta Thungerg dans les dernières années, qui décrit elle-même l’autisme comme un cadeau puisqu’elle a pu s’investir dans son « intérêt spécial » pour les changements climatiques, à l’âge de 9 ans. Pour plusieurs auteur-rices et chercheur-ses, il est nécessaire de s’intéresser à la représentation de l’autisme dans les médias parce qu’elle illustre l’état des mentalités. Walh (1995) précise d’ailleurs que: « ce que la population sait des handicaps provient des sources près d’eux.elles, des sources auxquelles ielles sont exposé.es quotidiennement, soit les médias (traduction libre, p. 2). Dans son ouvrage Media Madness, Walh explique que l’image populaire projetée peut influencer les associations entre les handicaps et, par exemple, le niveau de dangerosité, d’habiletés, de sévérités ainsi que le comportement du public général à l’égard des personnes avec un diagnostic. Ainsi, nous nous intéressons à l’utilisation de termes péjoratifs, de causalités non fondées et la nécessité d’avoir davantage des voix autistes dans les médias.

Termes péjoratifs

Même si de plus en plus de leaders autistes positif-ve-s sont mentionné-e-s dans les médias, il en reste que la représentation de l’autisme dans les médias est influencée par l’utilisation de termes péjoratifs. En analysant des articles de blogues, Rousselin (2019) met en lumière dans sa recherche, effectuée avec une analyse de corpus et des entretiens, comment les personnes autistes perçoivent les contenus médiatiques véhiculant des représentations stigmatisantes. La chercheuse rapporte quelques textes du blogue My Autistic Dance, écrit par Alex Forshaw. Dans un article intitulé « I Am #Autistic, Not Your Bogeyman » (Forshaw, 2017), la blogueuse cite en exemple le terme  »autistic » utilisé par George Will, au journal Newsweek, pour décrire l’impertinence de Donald Trump à la présidence américaine. Le journaliste Will considère ainsi une différence de fonctionnement cognitif qu’est l’autisme comme une insulte. De manière plus implicite dans les médias québécois, cela a aussi été le cas récemment dans un article de Radio-Canada, publié en le 17 novembre 2020, le mot « autisme » est utilisé comme mot clef dans le titre et l’hyperlien d’un texte relatant l’avancement du procès d’Alek Minassan, auteur d’une l’attaque meurtrière au camion-bélier en 2018 à Toronto ayant tuée 10 personnes et blessée 16 personnes (Radio-Canada, 17 novembre 2020). En ce sens, le terme « autisme » est associé à cette tragédie, ce qui peut venir négativement influencer la représentation du diagnostic, présenté faussement dans cet article comme la raison pour laquelle l’individu à agir de cette manière. Même si les articles rapportent habituellement ce qui est dit dans le contexte judiciaire, soit la parole d’expert, de témoins et de proches des victimes et accusé-e-s, il en reste que la manière dont ceux-ci sont rapportés dans les médias contribue à l’incompréhension entourant l’autisme. Autant dans les médias d’ici et d’ailleurs, certains organismes, dont Autisme Canada, s’inquiète de potentielles répercussions sur la perception du public envers les personnes autistes puisque plusieurs propos rapportés attribuent certains agissements à l’autisme, comme il est souvent le cas dans la couverture d’un procès fort médiatisé.

Sans nécessairement être associée à des tragédies comme celle de l’attaque de Minassan, l’utilisation de termes péjoratifs pour décrire les personnes autistes nuit aussi à la représentation de la communauté dans les médias. Dans un article datant du 20 novembre 2020 dans le Journal de Québec, la disparition d’une personne dite « souffrant » d’un trouble du spectre de l’autisme est rapportée (Agence QMI, 20 novembre 2020). Cependant, les autrices O’Grady et Jovanovic (n.d.) ont précisé aux journalistes quels termes employer lors de la rédaction de leurs textes. Elles découragent l’utilisation des mots « souffrant » ou « atteint » d’autisme, notamment puisque ces termes ont une connotation négative en lien avec la contraction de maladie. En effet, l’utilisation de ces termes tend à marginaliser les personnes autistes comme « malades » plutôt que comme différent et neurodiversifiées. Comme nous l’avons abordé dans l’article Qu’est-ce que la neurodiversité?, les autrices privilégient l’emploi du substantif « autiste » et de l’adjectif « autiste » (« personne autiste », « enfant autiste ») dans l’objectif de mettre l’accent sur l’identité autistique comme partie intégrante de leur personne plutôt que comme un aspect distinct. Outre l’utilisation de termes péjoratifs, la couverture médiatique encourage parfois son audience conclure une causalité non fondée entre l’autisme et certaines conséquences négatives, ce qui nuit à la compréhension de l’autisme.

Causalités non fondées

Pour compléter l’analyse des corpus dans sa recherche, Rousselin (2019) s’est entretenue avec 11 créateur-rices militant-e-s pour la neurodiversité, mettant en lumière les causalités non fondées dans les médias qui influencent la représentation de l’autisme. De ces entrevues, plusieurs individu-e-s ont cité des instances où les médias ont utilisé des expressions stigmatisantes et discriminantes. Un de ces exemples est le cas d’un titre sensationnaliste du journal américain The Daily Mirror intitulé « Killer pilot suffered from depression », faisant référence à un écrasement d’avion en mars 2015. La couverture a mis l’accent sur l’état dépressif du pilot et ce média a stipulé que ce serait la cause de cette tragédie (Rousselin, 2019). Selon les créateur-rices avec qui Rousselin s’est entretenu-e-s, le lien entre la dépression et l’habilité du pilot n’a jamais été prouvé, ce pourquoi ce titre sensationnaliste encourage l’audience a conclure une causalité non fondée entre l’état psychologique et les conséquences de cet accident, ce qui participe à renforcer les clichés associés aux troubles mentaux. Il est possible de retrouver ce même type de causalité non fondée en lien avec l’autisme dans les médias québécois, dont dans un article intitulé « Jeune autiste accusé du meurtre de sa mère: deux conclusions, mais une même finalité, selon des experts » dans le Journal de Québec, le 24 novembre 2020. Or, ce n’est que dans l’article que l’état de l’accusé est précisé par l’autrice: « (…) en raison de la déficience diagnostiquée qui révèle un âge mental comparable à celui d’un enfant de neuf ou dix ans (…) » (Frenette, K., 2020). En ce sens, le titre, soulignant que l’accusé est autiste, peut potentielles avoir des répercussions sur la perception du public envers les personnes autistes puisqu’il encourage l’audience a conclure une causalité non fondée entre l’autisme et les gestes posés par l’accusé. Ainsi, autant que l’article se veut informatif en décrivant et nuançant les comportements de cette personne, l’utilisation de titre sensationnaliste ne favorise par une compréhension éduquée sur l’autisme, ce qui pourrait être amélioré en sollicitant davantage de voix autistes dans les médias.

Nécessité des voix autistes dans les médias

La chercheuse Jennifer Sarrett s’est intéressée, dans un article de 2011, sur la représentation des individus autistes dans les médias entre 1960 et 2010. À travers son analyse de corpus, elle a identifié deux courants de représentations divergentes, soit l’une axées sur une image statique et médicale des personnes autistes et l’autre axées sur le report narratif, soit du vécu même des personnes autistes. Toutefois, Sarrett (2011) explique que ce deuxième courant axé sur les voix autistes dans les médias est sous-représenté, c’est-à-dire qu’il n’y a pas beaucoup d’articles qui relatent du vécu des personnes autistes de leur point de vue même. À la lumière de la couverture médiatique qui ne favorise pas toujours la compréhension éduquée l’autisme, il serait pertinent que davantage de voix de personnes autistes soit présentes dans les médias. À ce propos, Durbin-Wesby (2010) souligne le manque de voix autistes dans les médias, ce qui accentue la fausse représentation à l’égard de la communauté de personnes autistes. Ainsi, serait-il possible pour les médias de mobiliser les voix autistes lors de leur reportage, soit en discutant avec les personnes autistes directement (et non en parlant d’eux et d’elles sans les consulter)? Serait-il aussi possible de mobiliser le point de vue d’intervenants autistes ou de journalistes autistes?

Références

  • Clarke, C. E. (2011). A case of conflicting norms? Mobilizing and accountability information in newspaper coverage of the autism–vaccine controversy. Public Understanding of Science, 20(5), 609-626.
  • Durbin-Westby, P. C. (2010). Public Law 109–416 is not just about scientific research’: Speaking truth to power at interagency autism coordinating committee meetings. Disability Studies Quarterly, 30(1). http://www.dsq-sds.org/article/view/1070/1245
  • Forshaw, A. (2017, 5 octobre). I Am #Autistic, Not Your Bogeyman. My autistic dance. https://myautisticdance.blog/2017/10/05/i-am-autistic-not-your-bogeyman/
  • Frenette, K. (2020, 24 novembre). Jeune autiste accusé du meurtre de sa mère: deux conclusions, mais une même finalité, selon des experts. Journal de Québec.  https://www.journaldequebec.com/2020/11/24/jeune-autiste-accuse-du-meurtre-de-sa-mere-non-criminellement-responsable-selon-un-expert
  • O’Grady, K. et Jovanovic, A. (n.d.). Quatre faits incontournables que les journalistes devraient savoir sur l’autisme au Canada. Evidence Network. http://evidencenetwork.ca/quatre-faits-incontournables-que-les-journalistes-devraient-savoir-sur-lautisme-au-canada/
  • Radio Canada. (2020, 17 novembre). Procès d’Alek Minassian : la plaidoirie de l’autisme dénoncée par des experts. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1750368/autisme-alek-minassian-psychose-sante-mentale-proces
  • Rousselin, B. (2019). Vivre les représentations médiatiques de son trouble mental: traitement médiatique des problèmes de santé mentale sur le Web. Les cahiers du journalisme, 1(3). http://cahiersdujournalisme.org/V2N3/CaJ-2.3-R009.html
  • Wahl, O. (1995). Media madness: Public images of mental illness. Rutgers University Press.

Pour aller plus loin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search