Zoothérapie

Plusieurs types d’interventions peuvent être utilisées pour améliorer les habiletés sociales. Nous pouvons penser à la relaxation, la musique ou la zoothérapie. Dans le cas de session de zoothérapie (aussi appelée animal-assisted therapy), quelques études de cas, dont celles avec des chiens (Levinson, 1962), des chevaux et des dauphins (Bass et al., 2009), identifient une amélioration dans les habiletés sociales, ce qui peut être particulièrement intéressant pour les personnes autistes. À ce propos, la plupart des sessions de zoothérapie ont lieu dans la résidence familiale, généralement avec des chiens d’assistance (Viau et al., 2010), mais varie l’animal d’une personne à l’autre (p. ex. cochon d’Inde, chat, cheval, etc.) (Harwood, 2019). Malgré son potentiel et son utilisation répandue,  les bénéfices de la zoothérapie auprès des personnes autistes n’ont été scientifiquement évalués que par un petit nombre d’études dans les dix dernières années (p. ex. Berry et al. 2013; Carlisle 2014, 2015; Fung 2015; Grandgeorge et al. 2012, 2015; O’Haire 2013).

Bénéfices potentiels

Plusieurs études suggèrent que la zoothérapie est bénéfique puisqu’elle aide les individu-es à développer des habiletés sociales empathiques à travers leurs interactions avec l’animal. En 2004, Davis et ses collègues ont identifié que les chiens d’assistance peuvent aider les enfants autistes à comprendre les concepts de sentiments et de besoins d’autrui. À ce propos, la fondation Mira a entrainé des chiens d’assistance afin d’assister les enfants autistes dans leur environnement et améliorer leur développement social (Fecteau, 2008). D’autres chercheur-euse-s expliquent ces bénéfices par la relation entre l’individu-e et l’animal, se décrivant par le jeu, l’affection verbale et physique ainsi que l’observation de l’animal (Grandgeorge et al., 2012). Spécifiquement, Grandgeorge et ses collègues (2012) se sont intéressé-e-s à l’influence d’un animal sur le développement d’habiletés sociales avec 260 personnes autistes âgées entre 6 et 34 ans. À l’aide de questionnaires remplis par les participant-e-s autistes et leur famille, ces chercheur-euse-s identifient une amélioration dans les habiletés des participant-e-s à offrir du réconfort (p. ex. verbal, physique) et à partager (p. ex. des jouets, de la nourriture) avec les autres.

D’autres études ont démontré que la présence d’un animal permet d’augmenter le nombre d’interactions sociales. O’Haire et ses collègues (2013) ont observé 33 élèves autistes entre 5 et 14 ans afin de connaître l’influence d’une présence animale, des cochons d’Inde dans cette étude, lors de leurs interactions avec les pairs. Ces chercheur-euse-s identifient que les enfants autistes en présence d’animaux parlent, regardent les autres et font davantage des contacts visuels avec les autres que sans animaux. Les participant-e-s sont aussi plus souriant-e-s et rieur-euse-s et sont moins centré-e-s sur eux et elles-mêmes en la présence d’animaux. Harwood et ses collègues (2018) rapportent des résultats similaires dans leur étude portant sur les interactions entre des 11 enfants autistes et leur animal. La présence de l’animal est une opportunité pour développer la communication des enfants, où, par exemple, certain-e-s individu-e-s discutent avec d’autres personnes avec des animaux lors des promenades, ce qui signifie que l’animal agit comme un facilitateur social (Harwood et al., 2018).

Finalement, la zoothérapie semble favoriser un sentiment de sécurité et réduire l’anxiété. Dans une étude qualitative de Burrows et ses collègues (2008) auprès de dix familles vivant avec une personne autiste, les chercheur-euses identifient la présence d’un chien d’assistance comme un facilitateur de socialisation, de sentiment de sécurité, de réduction d’anxiété et de sommeil. Harwood et ses collègues (2018) observent aussi, à travers des entrevues individuelles avec les mères d’enfants autistes,  plusieurs bénéfices en lien avec le réconfort. En effet, l’animal est une source de réconfort parce qu’il est considéré comme ayant un rôle humain, c’est-à-dire qu’il peut être considéré comme un-e ami-e, un membre de la fratrie ou comme un-e enfant (Harwood et al., 2018).

Hypothèses

Il existe quelques théories pour comprendre l’influence positive des animaux. D’abord, les animaux pourraient agir en tant que « distractions » selon la théorie de l’attraction de l’attention (traduit librement de attention-shift theory). Selon les auteur-rice-s Odendaal et Meintjes (2003), les animaux auraient pour rôle de distraire l’attention des humain-e-s lors de situation stressante , c’est-à-dire qu’ielles attirent l’attention sur eux et elles plutôt que sur les stimuli anxiogènes. Selon cette théorie, une exposition répétée à la présence animale lors de situation stressante permet donc de calmer les humain-e-s. Une étude Viau et ses collègues (2010) testent cette théorie avec un groupe de 42 enfants autistes. Pour ce faire, ielles ont mesuré le niveau de cortisol dans la salive avant et après l’adoption temporaire (de deux semaines) d’un chien d’assistance dans la famille des participant-e-s. Ielles observent un niveau de cortisol significativement plus bas d’environ 10% à la suite de l’adoption de l’animal. Cependant, le niveau de stress est revenu à la normale suite au retrait du chien dans la famille des participant-e-s, ce pourquoi la présence de l’animal est nécessaire à long terme pour en retirer des bénéfices (Carlisle, 2014).

À long terme, plusieurs recherches font l’hypothèse que les animaux peuvent avoir une influence directe sur le comportement des personnes autistes. Au fil des interactions, la relation humain-animal émerge, où chacun-e a des attentes vis-à-vis le comportement de l’autre (Hinde, 1979). Selon Filiatre et ses collègues (1986), le comportement de l’animal pour permettre à l’individu-e autiste d’acquérir une certaine structure dans ses interactions sociales et développer ses habiletés. La zoothérapie peut être particulièrement facilitante pour les personnes autistes, notamment puisqu’il est possible qu’elles soient moins sensibles aux voix et visages humains que les autres stimuli environnementaux (Gervais et al., 2004; Oserling et Dawson, 1994). Certain-e-s chercheur-euse-s expliquent cette préférence par le fait que les animaux sont plus stimulants au niveau sensoriel par leurs couleurs, leurs odeurs et leurs sons (Harwood, 2019) et qu’il est plus facile d’interagir avec ceux-ci et celles-ci que les humain-e-s (Martin et Farnum, 2002). En ce sens, il se peut que les personnes autistes aient plus de faciliter avec les animaux, ce pourquoi la zoothérapie peut être une avenue intéressante pour développer plus aisément les habiletés sociales.

Références

Bass, M., Duchowny, C. et Llabre, M. (2009). The effect of therapeutic horseback riding on social functioning in children with autism. Journal of Autism and Developmental Disorders, 39(1), 1261-1267.

Burrows, K. E., Adams, C. L. et Spiers, J. (2008). Sentinels of safety: Cervice dogs ensure safety and enhance freedom and well-being for families with autistic children. Qualitative Health Research, 18(12), 1642-1649.

Davis, B.N., O’Brien, K., Patronek, S. et MacCollin, G. M. (2004). Assistance dog placement in the pediatric population: Benefits, risks, and the recommendations for future application. Anthrozoos, 17(2), 130—145.

Carlisle, G. K. (2014). Pet dog ownership decisions for parents of children with autism spectrum disorder. Journal of pediatric nursing29(2), 114-123.

Fecteau, S. (2008). Intrégration d’un chien d’assistance dans la famille d’un enfant présentant un TED: la contribution de la théorie de l’attachement parent-enfant [Mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec]. ProQuest. https://savoirs.usherbrooke.ca/bitstream/handle/11143/617/MR42957.pdf?sequence=1

Filiatre, J. C., Millot, J. L. et Montagner, H. (1986) New data on communication behavior between the young-child and his pet dog. Behavioural Processes, 12(1) 33–44.

Gervais, H., Belin, P., Boddaert, N., Leboyer, M. et Coez, A. (2004). Abnormal cortical voice processing in autism. Nature Neuroscience, 7(1), 801–802.

Grandgeorge, M., Tordjman, S., Lazartigues, A., Lemonnier, E., Deleau, M. et Hausberger, M. (2012). Does pet arrival trigger prosocial behaviors in individuals with autism? PLoS One, 7(8), e41739. http://www.doi.org/10.1371/journal.pone.0041739

Hinde, R. (1979). Towards understanding relationships. Academic Press.

Levinson, B. M. (1962). The dog as a ‘‘co-therapist’’. Mental Hygiene, 179(1), 46–59.

Martin, F. et Farnum, J. (2002). Animal-assisted therapy for children with pervasive developmental disorders. Western Journal of Nursing Research, 24(1), 657–670.

Odendaal, J. S. et Meintjes, R. A. (2003). Neurophysiological correlates of affiliative behaviour between humans and dogs. The Veterinary Journal165(3), 296-301.

Osterling, J. et Dawson, G. (1994). Early recognition of children with autism – a study of 1st birthday home videotapes. Journal of Autism and Developmental Disorders, 24(1), 247–257.

Pour aller plus loin

Beiger, F et Jean, A. (2011). Autisme et zoothérapie. Dunod.

Ouimet, L.-P. (2014, 24 août). Le pouvoir de la zoothérapie [vidéo]. Radio-Canada. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/681558/zootherapie-autisme-mira-chien

Radio-Canada. (2014, 6 mars). La zoothérapie de plus en plus utilisée à l’école. Radio-Canada. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/656739/zootherapie-estacades-autisme

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search