Sensibilité sensorielle: Est-ce que la douleur est ressentie de la même manière par chacun-e?

Les études portant sur la sensibilité sensorielle décrivent les réactions en termes d’intensité, soit d’hypo- (c.-à-d. sensibilité sous la norme) ou d’hypersensibilité (c.-à-d. sensibilité accrue), touchant l’ensemble des cinq sens et se caractérisant par un sentiment de sous-stimulation ou de surcharge sensorielle (Crane et al., 2009; O’Neill and Jones, 1997). La littérature sur ce sujet a d’ailleurs évolué en parallèle avec les critères de diagnostic de l’autisme. En effet, un des critères de diagnostic précoces était les sensibilités sensorielles hyposensibles chez les enfants dans les précédentes identifications du trouble du spectre de l’autisme (TSA) (American Psychiatric Association [APA], 1980; O’Neill and Jones, 1997). Ce critère a cependant  été mis de côté dans les versions suivantes le DSM-III (1980) puisque la littérature est peu unanime à ce sujet. Nous discutons brièvement de la littérature sur la sensibilité sensorielle chez les personnes autistes, les hypothèses sur l’hétérogénéité des résultats ainsi que des théories à ce propos.

Les personnes autistes ressentent-ielles tous-tes la même sensibilité sensorielle?

La littérature scientifique sur la sensibilité sensorielle chez les personnes autismes est plutôt hétérogène. D’une part, certain-e-s chercheur-euse-s démontrent la présence d’expressions particulières en réaction aux stimuli sensoriels, tandis que d’autres identifient l’absence de réaction chez les participant-e-s autistes. Selon Crane et ses collègues (2009), les adultes autistes ont tendance à être plus sensibles aux stimuli (soit hypersensibles) et d’éviter les situations sensorielles, d’où la raison pourquoi ielles semblent éviter les contextes à risque. D’autres études, dont celles de Kern et al. (2007), identifient les personnes autistes comme hyposensibles. Crane et ses collègues (2009) expliquent cette divergence en lien avec les capacités intellectuelles variantes entre les individus sur le spectre de l’autisme. Ces chercheuses soulignent que leur étude collabore davantage avec des personnes dites de « haut niveau »¹ contrairement à Kern et al. (2007), c’est-à-dire qui nécessite peu ou pas d’assistance dans leur vie quotidienne et avec un quotient intellectuel (QI) élevé. En outre, elles font l’hypothèse que l’indépendance des personnes autistes agit comme facteur de protection les aidant à réguler la surcharge sensorielle, comme le stipule l’une des populaires hypothèses, soit la théorie psychodynamique. Nous abordons aussi les théories neurochimique et sociocognitive pour expliquer la sensibilité sensorielle.

¹ Il est a noté que, depuis les dix dernières années, il y a plusieurs critiques face à l’utilisation des termes « haut niveau », « indépendant » ou « fonctionnel » pour décrire les personnes autistes sans déficience intellectuelle, fortement utilisés depuis leur apparition vers la fin des années 1980 (voir Ameli et al., 1988; Delong et Dwyer, 1988) . Comme le souligne Whitehouse et ses collègues (2019) dans une étude auprès de 2225 enfants australiens autistes avec et sans déficience intellectuelle (DI), les niveaux d’indépendance, de soutien et de fonctions exécutives sont indépendants. Précisément, certains individus autistes pouvant être classifiés comme de « haut niveau » peuvent avoir les mêmes capacités que ceux et celles avec une DI. Ces chercheur-euses argumentent ainsi que le QI n’est pas associé à l’avancement des fonctions exécutives. Cette fausse causalité a plusieurs conséquences négatives chez les personnes autistes sans DI, dont un manque de soutien (p. ex. en service ou en financement) et de reconnaissance de leurs difficultés.

Quels sont les facteurs qui jouent un rôle dans l’expérience des sensations ?

Tout comme le mentionne Crane et ses collègues (2009), la théorie psychodynamique stipule que la sensibilité sensorielle est un marqueur du développement chez les personnes autistes, c’est-à-dire que les individus hypersensibles seraient plus développés que les individus hyposensibles (Haag et al., 1995). L’étude de Tordjman et ses collègues (2009) met en évidence un lien entre la sévérité de l’autisme et le QI, stipulant que les personnes autistes avec des symptômes sévères ont un faible QI que celles avec des symptômes plus légers. Ces chercheur-euse-s identifient des résultats en cohérence avec la théorie neurochimique pour expliquer la sensibilité sensorielle.

La théorie neurochimique (Panksepp, 1979) identifie une augmentation du taux d’endorphine (associée à une sensation de bien-être) comme à l’origine de l’hyposensibilité chez les personnes autistes, aussi associée à d’autres symptômes autistiques tels que la réduction des expressions émotionnelles, l’indifférence aux stimuli sociaux et les comportements stéréotypés (Gillberg, 1991, Chabane et al., 1998). Tordjman et ses collègues (1999, 2009) ont effectué quelques études afin d’étudier la sensibilité à la douleur chez des enfants autistes et ielles proposent des interprétations nuancées. En effet, les chercheur-euse-s identifient effectivement une sensibilité sensorielle réduite chez les enfants autistes, mais également une réponse réponses physiologiques plus élevées que la norme, dont une augmentation du rythme cardiaque et du taux d’endorphine. En ce sens, il ne semble pas y avoir une absence complète de sensation malgré l’absence de réaction ou de l’expression des sensations. Conséquemment, ielles font l’hypothèse que les personnes autistes ne sont peut-être pas en mesure de percevoir et de communiquer leur expérience d’une sensation, aussi connue sous le nom de la théorie sociocognitive.

La sensibilité sensorielle comporte une composante cognitive, caractérisée par la capacité à reconnaitre une sensation et la capacité à communiquer (verbalement ou non-verbalement) à son environnement social, ce qui fait référence à la théorie sociocognitive (Tordjman et al., 1999, 2009). Dans une étude de Pernon et Rattaz (2003), des réponses sensorielles ont été observées autant chez les personnes autistes que non-autistes. Ces chercheur-euse-s soulignent toutefois les différences concernant les réactions aux stimuli sensoriels. Les participant-e-s autistes auraient généralement tendance à s’exprimer davantage de manière sonore (p. ex. cris) et motrice (p. ex. gestuelles stéréotypées). Par exemple, dans le cas où une sensation de douleur est expérimentée par les participant-e-s autistes, un comportement d’éloignement du corps de la source d’inconfort et exprimé. Plutôt qu’une hypo- ou hypersensibilité chez le groupe d’individus autistes, Pernon et Rattaz (2003) interprètent ces réactions sensorielles comme « brutes » puisqu’elles ne semblent pas influencées par le contexte social . Les chercheur-euse-s font l’hypothèse que la régulation émotionnelle lors de l’expérience de stimuli sensoriels peut être perturbée chez les personnes autistes en raison des troubles de communication, notamment puisqu’elles ont de la difficulté à décoder les émotions d’autrui et savoir comment réagir (Baron-Cohen, 1998).

Absence d’homogénéité dans la littérature

À partir de cet aperçu de la littérature sur la sensibilité sensorielle, nous comprenons qu’il n’existe pas de consensus ou de portrait partagé d’hypo- ou d’hypersensibilité dans l’ensemble des individus autistes. Il semble que tous les individus autistes, indépendamment de leur fonctions exécutives ou de leur QI par exemple, peuvent être hypo- ou hypersensible. Étant donné la grande variabilité entre chaque personne, nous faisons aussi l’hypothèse que certain-e-s ne sont pas plus ou moins sensible sensoriellement que la norme. Finalement, nous remarquons d’ailleurs que plusieurs des études repérées ne sont pas récentes. Puisque plusieurs définitions, dont celle de du TSA, se sont nuancées et davantage d’instruments de mesure ont été élaborés au fils des années, il serait pertinent de pousser l’étude de la sensibilité sensorielle dans le contexte actuel, notamment en lien avec les mesures sensorielles physiologiques en relation à l’expression des sensations chez les personnes autistes.

Bibliographie

  • Alvares, G. A., Bebbington, K., Cleary, D., Evans, K., Glasson, E. J., Maybery, M. T., Pillar, S., Uljarević, M., Varcin, K., Wray, J., Whitehouse, A. J. (2020). The misnomer of ‘high functioning autism: Intelligence is an imprecise predictor of functional abilities at diagnosis. Autism, 24(1),221-232. http://www.doi.org/10.1177/1362361319852831
  • American Psychiatric Association. (1980). Diagnostic and statistical manual of mental disorders : 3rd ed. (DSM-III). 
  • Baron-Cohen, S. (1998). La cécité mentale: un essai sur l’autisme et la théorie de l’esprit. Presses universitaires de Grenoble.
  • Chabane, N., Tardif, C., Bouvard, M., Leboyer, M. et Mouren-Siméoni, M.-C. (1998). Autisme et pharmacologie: l’hypothèse opiacée. Psychologie Française, 43(2), 177-184.
  • Crane, L., Goddard, L. et Pring, L. (2009). Sensory processing in adults with autism spectrum disorders. Autism, 13(3), 215-228. http://www.doi.org/10.1177/1362361309103794
  • Gillberg, C. (1991). Endogenous opioids and opiate antagonists in autism: Brief review of empirical findings and implications for clinicians. Developmental Medecine and Child Neurology, 37(1), 239-245.
  • Haag, G., Tordjman, S., Duprat, A., Tricaud, J. et Urwand, S. (1995). Grille de repérage clinique des étapes évolutives de l’autisme infantile traité. Psychiatrie de l’enfant, 38(2), 495-527.
  • Kern, J. K., Garver, C. R., Carmody, T., Andrews, A. A., Trivedi, M. H. et Mehta, J. A. (2007). Examining sensory quadrants in autism. Research in Autism Spectrum Disorders, 1(2), 185–93.
  • O’Neill, M. et Jones, R. P. (1997). Sensory-perceptual abnormalities in autism: A case for more research? Journal of Autism and Developmental Disorders, 27(3), 283–93.
  • Panksepp, J. A. (1979). Neurochemical theory of autism. Trends in Neuroscience, 2(1),174-177.
  • Pernon, E. et Rattaz, C. (2003). Les modes d’expression de la douleur chez l’enfant autiste : étude comparée. Devenir, 15(3), 263-277. http://www.doi.org/10.3917/dev.033.0263
  • Tordjman, S., Anderson, G. M., Botbol, M., Brailly-Tabard, S., Perez-Diaz, F., Gragnic, R., Carlier, M., Schmit, G., Rollan, A.-C., Bonnot, O., Trabado, S., Rouvertoux, R. et Bronsard, G. (2009). Pain reactivity and plasma b-endorphin in children and adolescents with autistic disorder. PLoS ONE, 4(8), e5289. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0005289
  • Tordjman, S., Antoine, C., Cohen, D. J., Gauvain-Piquard, A., Carlier, M., Rouvertoux, P. et Ferrari, P. (1999). Study of the relationships between self-injurious behavior and pain reactivity in infantile autism. Encephale, 25(1), 122-34.

Pour aller plus loin

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search